mot maquis
rubriques (menu)

tirer la langue

samedi 19 février 2011 par Juliette Mézenc

La langue chargée – blanche – avec de petits amas de matière jaunâtre, dessus – malade – à en vomir la langue – quel dégoût – on voudrait l’arracher avec les dents, mais c’est compliqué – alors la faire dégorger en amont, avant qu’elle ne sorte – sel sel encore – on se dit : peut-être a-t-on tort (déjà, ce « a-t-on tort » quelle idée, quelle hideur), peut-être devrait-on l’exhiber, la tirer, telle quelle, la clouer au poteau, regardez la langue ! la montrer quoi ! les enfants le font spontanément, résultat : ils ont la langue bien pendue, bien aérée, bien acérée, en bonne santé - mais non – décider, c’est comme ça, de lui faire rendre gorge d’abord, avant de la tirer, et là zip la trancher, la tailler en pièces, la jeter aux hiboux, n’en garder presque rien, à peine la trace du combat – mais il est utile de dire que le contraire est vrai, que le contraire de toute vérité vraie est vrai, ce qui est tout de même épuisant comme affaire – impossible de s’en sortir, l’enjeu pourtant c’est quand même de sortir de la langue, de courir tout nu dans les rues de nos villes, alors il faut bien commencer par un bout


Forum